top of page

Interview de Nadine Benaboud par Lionel Lasserre

Dernière mise à jour : 5 oct. 2023

Nadine Benaboud (Miss Midi-Pyrénées 2023) : "Je voulais tellement aller à Miss France"


Le 2 septembre dernier, au château de La Garrigue, à Villemur-sur-Tarn, Nadine Benaboud était élue Miss Midi-Pyrénées 2023. Quelques jours après, avant son départ pour la grande aventure Miss France, la jeune femme de 22 ans nous en dit plus sur elle.


Quelques semaines après ton élection, es-tu redescendue de ton petit nuage ?

Je me sens bien, épanouie dans tout ce que je fais, dans toutes les rencontres que je fais. Je me sens grandir même si l’élection est assez récente. Je ne m’attendais pas du tout à être élue. Quand je suis face à Blandine, je lui ai dit ‘’Blandine, c’est toi qui pars à Miss France, je suis fière de toi’’. Quand j’ai entendu mon prénom, j’ai été émue, choquée, je crois que ça s’est vu (rires). Je suis fière aussi, j’ai atteint mon objectif. Ce n’était que de la joie. J’apprécie chaque instant. Tout ce que je fais est une découverte. Je me redécouvre aussi. J’apprends tellement sur moi-même chaque jour… C’est ouahhhh !


Tu as mis deux ans avant de te représenter. Avec un seul objectif, devenir Miss Midi-Pyrénées et participer à Miss France.

J’ai travaillé vraiment dur. Je voulais représenter ma région avec toute mon énergie et ma bienveillance. J’avais une grande détermination. Je me suis dit qu’il fallait que je prenne du recul, que j’apprenne à me découvrir en tant que femme. Pour représenter sa région, il faut avoir les épaules. Il y a deux ans, j’étais jeune. J’ai travaillé sur tous les petits points que je devais améliorer. Sur l’élocution, sur la confiance en soi. Je me suis préparée pour Miss France. Je voulais tellement y aller que toute la préparation, c’était pour Miss France, clairement. J’avais une telle détermination. C’est un rôle important de représenter sa région.


Est-ce que cette élection est encore plus belle que tout ce que tu imaginais ?

C’est tellement inattendu, c’est tellement beau ce qui m’arrive. Je prends cette écharpe très au sérieux. Tout ce que je fais, c’est avec plaisir et le cœur. Je suis très reconnaissante envers tous ceux qui m'ont permis d'en arriver là.


Tu travailles dans une concession automobile. Quelles ont été les réactions quand tu es arrivée au travail après ton élection ?

Je ne l’ai pas dit (éclat de rire). Je suis très humble. Je suis arrivée comme d’habitude et tous mes collègues m’ont félicitée et dit qu’ils étaient fiers de moi. Il y a même des clients qui m’ont reconnue. Quand je suis partie faire des courses, une dame m’a dit ‘’Votre tête me dit quelque chose’’. L’amie qui m’accompagnait lui a dit que j’étais Miss Midi-Pyrénées. Être reconnue, c’est un sentiment bizarre mais c'est un sentiment de fierté. Je suis reconnue pour quelque chose qui me rend fière. Je n’ai aucun retour de négatif. Tout le monde est bienveillant.


Tu as toujours été attirée par le monde des Miss.

C’est un univers qui m’a toujours plu. Mais c’est un milieu qui me paraissait inaccessible au début. Je ne voyais pas comment je pouvais me présenter à un casting de Miss. Je pensais que c’était sur Paris. Avec la curiosité, j’ai voulu tenter l’aventure il y a deux ans. J’ai adoré l’expérience. Je me suis prise au jeu. J’ai pris du plaisir. Il y a tellement de belles personnes qui nous entourent. Ça a été une évidence.


Parle-nous un peu plus de toi.

J’ai 22 ans et, le jour du prime de Miss France, en décembre, j’aurai 23 ans. On est une fratrie de cinq enfants. J’ai une grande sœur, une petite sœur et deux petits frères. Ils étaient hyper fiers et ils ont déjà pris leurs billets d’avion pour aller à Miss France (rires). L’hiver, je pratique le ski de fond, le ski alpin, du snowboard. J’ai pratiqué pendant de longues années pendant que je vivais en Norvège. J’aime le sport en général, je pratique aussi le fitness. Sinon, j’aime la randonnée, cuisiner.


Tu as donc vécu 7 ans en Norvège et tu parles le norvégien.

Mes parents ont eu une opportunité professionnelle là-bas. On a vécu à Oslo. Et oui, je parle le norvégien. À l’école, on a le droit de choisir une langue. Et, à la télé, je regardais les dessins animés sur Disney Channel en anglais. C’est pour ça que je parle français, norvégien, anglais, suédois et arabe. C’est un bon bagage. Ça m’ouvre des portes dans pas mal de domaines.


Comment appréhendes-tu Miss France, en décembre à Dijon ? Quel va être ton programme d’ici-là ?

Je n’ai pas d’appréhension particulière. J’ai juste envie de vivre l’aventure Miss France avec légèreté, envie. Avec le comité Midi-Pyrénées, on se prépare pour que j’aie le bagage nécessaire pour vivre l’aventure du mieux possible. Je n’ai pas envie de me poser mille et une questions et de me mettre le stress. Je vais laisser les choses se faire.

40 vues0 commentaire

Comments


bottom of page