Interview Candidate n°4 : Florence Demortier « J’adore mener une vie à cent à l’heure »

Florence Demortier, 22 ans, a été élue Miss Toulouse, Reine de la Violette, le 26 mars à Fonbeauzard. Habituée du monde de la beauté, la jeune femme originaire de Portet-sur-Garonne se présentait pour la première fois à une élection de Miss.



Pouvez-vous vous présenter.

Je m’appelle Florence Demortier, j’ai 22 ans. Je suis née à Paris, dans le 14e arrondissement, mais je suis arrivée à Portet-sur-Garonne à l’âge de 4 ans. C’est là que j’ai grandi. On peut dire que je suis Toulousaine (rire). J’ai un grand frère de 26 ans.


Vous vous présentiez à une élection de Miss pour la première fois. Qu’est-ce qui vous a poussé à le faire ?

On me parle depuis longtemps de me présenter. J’en avais envie mais, avant, je voulais valider mon diplôme de kinésithérapeute. J’avais peur de rater des opportunités si j’étais élue Miss. Je voulais vibre l’aventure à 100 %, sans arrière-pensée. À l’époque, j’avais aussi peur du jugement autour du concours. Mais les concours de Miss, c’est tout sauf artificiel. À travers une écharpe, je veux porter ma voix et m’investir dans des causes. Comme je vais bientôt avoir mon diplôme et que je devrais pouvoir exercer, je pense que c’était la bonne année pour me présenter.


Et alors, comment avez-vous vécu votre élection ?

J’avais un peu peur de l’élection. Entre regarder l’élection de Miss France et le faire, il y a une grande différence (rire). Mais tout s’est bien passé. J’ai profité du moment. Il y avait une bonne ambiance entre les filles. Je n’avais rien à perdre.


Parlez-nous de vos passions.

Je suis passionnée par la mode et la santé. J’adore aider les gens. Je suis très ouverte aux rencontres. J’aime également beaucoup le sport. J’ai fait de la GRS (gymnastique rythmique et sportive), de la danse moderne et du hip-hop. J’adore mener une vie à cent à l’heure. J’adore me dépasser, découvrir ce que je ne connais pas.


Comment aborderez-vous l’élection régionale du 3 septembre ?

Je vais l’appréhender comme une nouvelle aventure. J’y vais d’abord pour vivre une expérience.



229 vues0 commentaire